Actualités

Attribution de marché relatif à une etude de faisabilité pour l'approvisionnement et l'adduction eau potable de la base vie du Parc National du Diawling et du village de Bouhajra Lundi, 09 Décembre 2019



 

 

 

Vu la lettre de consultation N° 206/ MEDD/D en date du 27 Novembre 2019 objet de la demande d'initiation de la procedure en date 25 Novembre 2019.

Vu le proce-verbal des offres N°11 /CIMAC/PND/2019.

Au vu de ces resultatat,la CIMAC a l'intention d'attribuer le marché relatif à une etude de faisabilité pour l'approvisionnement et  l'adduction eau potable de la base vie du  Parc National du Diawling et du village de Bouhajra au soumissionnaire Bureau IDD , pour un montant de  Quatre Cent   Soixante Cinq Mille Cent Vingt  Ouguiya (465827 MRU/TTC)

 

                                                                 Le President du CIMAC

 

 

 

 

 

 

Retour vers la page d'accueilVoir toutes les actualités du Pa

Dans la perspective de renforcer les connaissances sur les oiseaux migrateurs du Diawling, le conservateur, appuyé par la Fondation Internationale du Banc d’Arguin, s’est rendu en France du 20 juillet au 01 aout pour suivre une formation sur le baguage des oiseaux sauvages.

 

Cette rencontre, organisée par l’Association pour la Connaissance et la Recherche Loire et Atlantique (ACROLA), a permis de mieux appréhender, sur le terrain, les techniques de capture, de manipulation et de baguage des oiseaux.

Il s’agissait également d’apprendre les méthodes de gestion et d’analyse statistique des données biologiques récoltées. Ces nouvelles connaissances, outils d’aide à la gestion du parc, permettront d’estimer l’importance des sites pour les oiseaux migrateurs, la connectivité entre les sites Européens et Ouest-africains ainsi que l’état de santé de la population d’oiseaux. Ces quelques jours constituent les premiers pas pour l’obtention du carnet officiel du Centre de Recherche par le Baguage des Populations d’Oiseaux (CRBPO) délivré par le Muséum National d’Histoire Naturelle. Les connaissances pourraient être renforcées en Mauritanie dans la perspective d’améliorer les compétences des agents du parc et de fonder un centre de formation et de baguage, lieu d’échange d’expériences pour l’ensemble de la Réserve de Biosphère Transfrontalière du Bas-Delta du fleuve Sénégal et de la sous-région.