Warning: system(): Cannot execute a blank command in /var/www/pnd/components/com_flexicontent/helpers/route.php on line 1
Les écosystèmes du Parc

Les écosystèmes du Parc

La répartition géographique des écosystèmes dans le bas delta du fleuve Sénégal est étroitement dépendante des conditions hydrologiques. Elle est le reflet des cycles d’inondations et des marées qui ont cours dans cette région. On y distingue ainsi la plaine inondable de la zone estuarienne proprement dite.

La plaine inondable

Dans la plaine inondable, originellement inondée au gré des crues du fleuve Sénégal, plusieurs écosystèmes peuvent être distingués :

  • Les cuvettes inondables
  • Les dunes intérieures

Les cuvettes inondables

Elles sont caractérisées par une steppe à halophytes (végétation ayant une tolérance avérée au sel).
  • Les fonds des cuvettes sont dépourvus de végétation
  • Les parties basses correspondent aux zones argileuses et argilo-limoneuses des bassins Bell, Diawling/Tichilitt, N’Tiallakh), des lacs (N’Tok et N’Ter), du Chat Tboul et de l’Aftout. Elles sont occupées par une steppe de Tamarix senegalensis et de Sporobolus robustus, Des prairies de ce type existent historiquement entre la dune de Ziré et le fleuve, au sud du lac Diawling, dans le bassin de Gambar, et à l'ouest de Birette.
  • Les nebkas des parties hautes correspondent aux zones sableuses et sablo-limoneuses de Bell, du Diawling/Tichilitt, du Chat Tboul et de l’Aftout. Elles fixent Salsola baryma, Sporobolus spicatus et Arthrocnemum glaucum.

La végétation d'herbacées annuelles de ces cuvettes dépend fortement des conditions de submersion. Les espèces présentes varient ainsi en fonction de la durée de mise en eau de ces cuvettes.

Les dunes intérieures

Les dunes intérieures sont caractérisées par une steppe à Acacia raddiana, Acacia senegal, Balanites aegyptiaca et Euphorbia balsamifera. Le couvert herbacé est composé de Chloris prieurii, Zygophyllum simplex et Schoenefeldia gracilis. Des baobabs (Adansonia digitata) occupent parfois des dépressions interdunaires. Elles abritent également une végétation à l’état de relique composée de Sclerocarya birrea, Combretum glutinosum, Mitragyna inermis, Crateva religiosa, etc. Acacia nilotica y est présent mais souffre par endroit de la remontée de la nappe salée.

La dune de Birette longe, à l’est, la retenue de Diama et constitue de ce fait une zone à vocation agricole. Elle est moins habitée que les autres dunes en raison de la proximité du bassin du Gambar, refuge de moustiques. Salvadora persica offre sur cette dune un excellent habitat aux phacochères qui y sont très nombreux surtout en période d’hivernage.

La dune de Ziré est remarquable et très dense du point de vue de sa couverture végétale. Elle constitue une réserve fourragère très appréciée par le bétail notamment les petits ruminants des communautés résidentes, mais aussi par les camelins de la zone à cause de la présence d’Acacia raddiana. Acacia tortilis constitue sur cette dune un peuplement homogène fixant et protégeant les sols contre l’érosion éolienne.
Pendant la saison des pluies, une végétation herbacée dominée par Cenchrus biflorus associée à d’autres graminées et légumineuses pousse sur la dune et offre d’excellents pâturages terrestres aux animaux domestiques. Cette dune, à l’instar de toutes les autres formations dunaires de la zone, constitue un lieu de refuge des mammifères terrestres pendant l’hivernage lorsque toutes les plaines sont inondées.

1 2 >