Warning: system(): Cannot execute a blank command in /var/www/pnd/components/com_flexicontent/helpers/route.php on line 1
Le PND et la RBT

Le PND et la RBT

La réserve de biosphère transfrontalière

La Réserve de Biosphère Transfrontière du Delta du fleuve Sénégal (RBTDS) a été créée conjointement par le Sénégal et la Mauritanie sous l’égide du Programme Man and Biosphere de l’UNESCO.

Classée par l’UNESCO le 27 juin 2005, la RBTDS couvre une superficie totale de 641 768 ha (186 908 Ha en Mauritanie, et 454 860 ha au Sénégal) dont 562 470 ha sont situés en zone continentale et 79 298 ha en zone maritime. Sa dimension transfrontière est rendue nécessaire par l’existence de peuplements humains et d’une histoire en partie commune sur les deux rives du fleuve, et de la nécessité de consolider et consacrer l’apaisement des tensions enregistrées en 1989.

Les différents éléments qui composent ce vaste complexe de zones humides d’importance internationale sont de ce fait étroitement interdépendants, abritant des populations communes d’oiseaux migrateurs paléarctiques et afrotropicaux. Ils sont également soumis à des menaces et des processus de dégradation, dont les forces motrices sont largement partagées de part et d’autre du fleuve.

Le haut niveau d’artificialisation qui caractérise le système du delta suite aux aménagements du fleuve requiert une réponse de gestion coordonnée, qui doit se baser sur des efforts accrus pour mieux comprendre le fonctionnement et l’hydraulicité de l’ensemble de ce vaste système de zones humides.

L’approche proposée au travers de la RBTDS doit permettre de fédérer les capacités et les compétences nationales et internationales au service d’une véritable intégration de la gestion de l’espace du delta, dans le but de préserver à la fois sa capacité d’accueil biologique, et sa valeur économique pour les populations locales.

Les objectifs de la RBT

  • Maintenir la dynamique actuelle de régénération des écosystèmes ;
  • Restaurer la biodiversité tout en permettant aux populations locales de se développer et d’améliorer leurs conditions de vie en exploitant durablement les ressources naturelles ;
  • Etendre les acquis de la restauration des ressources naturelles et de développement des communautés locales enregistrés au PND et au PNOD à d’autres sites ;
  • Réduire le niveau de pauvreté des populations situées à l’intérieur et autour de la réserve de biosphère