Warning: system(): Cannot execute a blank command in /var/www/pnd/components/com_flexicontent/helpers/route.php on line 1
Les communautés locales (suite)

Les activités principales des populations locales

Les populations riveraines du Parc pratiquent avant tout la pêche (33%), le maraîchage (28%), l’artisanat (17%), le commerce (15%), l’élevage (6%) et la cueillette (1%). Ces activités sont le plus souvent exercées dans un cadre informel et d’autosubsistance.

 

Le schéma ci-contre présente la répartition géographique de ces activités dans le bas delta mauritanien .

La pêche

L’abondance de l’eau dans le bas delta en période d’offre deux types de pêches dans la zone, une pêche marine et une pêche fluviale saisonnière surtout pratiquée au niveau des ouvrages de Cheyal et de Lemer.

Dans le Parc et sa zone périphérique, la pêche aux poissons en eau douce (dans les bassins et dans le fleuve) commence en juillet (fleuve) pour se prolonger pendant l’hivernage avec des captures plus importantes pendant les mois de novembre et de décembre. En mer la pêche dure toute l’année avec des prises abondantes de mi-décembre à mi février.

La pêche aux crevettes, dans les eaux saumâtres du bassin de N’Ter débute durant mois d’octobre ou de novembre. Les produits de la pêche (poisson, crevette et coquillage) sont souvent séchés ou fumés pour permettre une longue conservation et de pouvoir ainsi les transporter sur de grande distances pour leur vente.

Le maraîchage

Cette nouvelle activité est rendue productive par la disponibilité des terres, la proximité de l’eau autour des grandes dunes et la disponibilité d’une main d’œuvre. Le maraichage constitue l’une des principales sources de revenus des populations et la production est basée surtout sur la culture de l’oignon et du navet. D’autres variétés sont également cultivées (betterave, choux, hibiscus,...).

 

L’écoulement des produits du maraichage se fait essentiellement sur les marchés de Nouakchott.

L'artisanat

Il occupe une place importante et constitue une source de revenus confortable pour les populations. Ce sont essentiellement les femmes qui mènent ces activités d’artisanat dans les villages maures et wolofs.

L’artisanat se base sur la confection et la vente de nattes de Sporobolus robustus et en cuir. La vente de nattes par des groupements de femmes appelés « Twize », constitue la plus importante source de revenus pour les familles. Les femmes wolofs s’intéressent plus à la couture, la teinture et produisent aussi des paniers.

< 1 2 3 >